Albertine Meunier, au cœur du réseau

Elle rend visible l’invisible de nos usages du net

My Google Search History (2006/2012)

My Google Search History est un travail commencé en 2006. Il a donné lieu à une œuvre permanente en ligne et à la publication d'un premier livre papier en 2012. La version en ligne est audiovisuelle, elle donne à voir et à entendre tous les mots, expressions ou phrases recherchées dans Google par Albertine Meunier.

Pour My Google Search History, l’artiste a utilisé les fonctionnalités du service de Google permettant aux utilisateurs de conserver et accéder à leurs propres recherches. Mais Google ne partageant pas volontiers les informations qu'il collecte, l'extraction des données est vite devenue une laborieuse succession de copier-coller. En 2009, le moteur de recherche a un peu amélioré les choses, mais le processus reste complexe…


Ce livre, premier tome d'une longue série, a été tiré à « ce qu'il faut » d’exemplaires dont 50 numérotés et signés sur papier bouffant. Il est en vente sur Internet et dans quelques bonnes librairies. Photos : Benjamin Boccas

C'est pourquoi Albertine a également mis en ligne un Your Google Search History expliquant les règles de l'extraction – et de ce fait les méthodes assez «propriétaires» du géant de la recherche. Son idée: inciter les visiteurs à faire comme elle, autrement dit à dévoiler volontairement et systématiquement leurs recherches. Une manière de se réapproprier cette part de leur vie privée, et selon Albertine, de faire ainsi acte de résistance :

Nos recherches sont la matière rare et riche que nous livrons jour après jour à Google. Il nous fait croire que ces données extrêmement personnelles doivent rester secrètes entre lui et nous. De ces petits secrets il fait sa fortune. En les révélant en un mode public, on "pervertit" le dispositif privé et on détruit la valeur de ces données pour le moteur. À une échelle individuelle c'est un simple geste. A une échelle plus grande, ce pourrait être la fin de Google...

Autoportrait de l’artiste en liste folle

Pour Albertine Meunier, My Google Search History «est une sorte de portrait en creux, un autoportrait avec la matière d’aujourd’hui, la matière internet». Une image de soi faite de liste de mots qui sont la suite incessante de ses recherches et de ses centres d’intérêt au jour le jour. Le tout donne une sorte d’empreinte bavarde parfois absurde, parfois poétique, qui dit à la fois peu et beaucoup d’Albertine. 

«Je ne fais que récupérer ces mots qui m’appartiennent», explique-t-elle. Ce sont des mots qui font mémoire, qui lui révèle des moments de vie. Transformée en livre, cette matière prend de l’épaisseur. L’accumulation finit par noyer le message et le livre devient illisible. Seule une machine pourrait en extraire les plis et les replis de la pensée…

L’autre effet de cet infini inventaire du quotidien, dit Albertine, est que le fait de republier ses propres recherches sur Internet a un effet larsen, un effet miroir. Lorsqu’elle cherche à nouveau, elle retombe souvent sur sa propre  page d’inventaire, ou sur des occurrences de ses recherches.

Le My Google Search History de janvier 2011 sur YouTube.

L’artiste envisage une longue vie pour cette œuvre, et donc après le Tome 1, la publication d’un Tome 2, 3, 4, etc. En attendant ses recherches du moment sont visibles sur la page My Google search History. Le mercredi 6 mai 2013, par exemple, elle s’est intéressée à : devise, bare conductive, boite à meuh, jouet club, place du 11 novembre, malakoff, google cow, give me my romeo and when he shall die i wandered lonely as a cloud, I wonderer, cow poems, daffodil poem, et aussi Stéphane Martin, Pierre-Yves Lochon, Jean-Louis Lesage...

Commentaires