Antoine Schmitt, pionnier de l’art du code

Des œuvres minimales ou interactives qui interpellent

Systemic (2010)

Cette installation a été présentée en 2010 dans le sous-sol de Beaubourg. Au sol, des flèches lumineuses se déplacent. Certaines suivent les contours du mobilier, le mouvement montant de l’ascenseur ou le couloir qui passe derrière. D’autres semblent suivre ou précéder les visiteurs et réagir à leurs mouvements. L’ensemble forme un ballet chaotique, révélant les forces à l’œuvre dans l’espace.

Une œuvre interactive en fusion avec un grand espace

Systemic est une installation interactive conçue pour de grands espaces publics. Elle est générée par un programme qui analyse les forces architecturales physiques de cet espace, portes, escaliers et autres couloirs, et les traduit par des vecteurs en mouvement qui sont projetés en vidéo au sol et sur les murs. Par ailleurs, ces vecteurs sont sensibles à la présence des visiteurs, détectés par une caméra fixée au plafond qui capte leurs mouvements et les transmet au programme.

Une histoire de flèches à suivre ou non

L’objectif d’Antoine Schmitt est de donner à voir graphiquement toutes les combinaisons des forces qui s’exercent autour et entre les gens, ainsi qu’entre les gens et le bâtiment. De montrer tous les possibles en terme de mouvement et d’intention.

Le choix des flèches pour matérialiser ce système invisible n’est pas innocent : c’est un signe fréquemment utilisé dans la signalétique des lieux publics, c’est le symbole des forces en mathématiques et en physique, et c’est ce qui permet de désigner.

Systemic renvoie chacun à son libre arbitre : qu’est ce que je fais d’une flèche qui me dit d’aller devant moi ? ça confronte les gens à la dynamique de l’espace dans lequel il se trouve. C’est une relecture de l’espace. 

Systemic est la prolongation d’un travail sur la visualisation des forces qu’Antoine Schmitt a commencé il y a quinze ans. Première installation du genre, Mobile-lines, primée au Festival Interférences de Belfort, associait une flèche à chaque visiteur entrant dans le bâtiment.

Commentaires