Erreur d’impression, une expo virtuelle

Mise en lumière des mutations présentes et à venir des médias imprimés

Humanpédia de David Guez (2013)

L'œuvre  de David Guez Humanpédia ne se décrit pas vraiment. C'est un wiki, un site Internet collaboratif au même titre que Wikipédia, où les «humanpédiens» viennent s'inscrire. Mais en même temps ce n'est pas vraiment un site, ou alors c'est plus qu'un site, puisque son objectif est de sortir de Wikipédia… les connaissances accumulées dans Wikipédia, pour les sauvegarder. Son concept,fort simple, s'inspire du film fameux de François Truffaut lui même dérivé d’une nouvelle de Ray Bradbury, «Farenheit 451», qui décrit un monde futuriste où le livre disparaît au profit d'une dictature hyper technologique, et où des "hommes-livres" ou libres apprennent par cœur les livres qu'ils sont obligés de brûler. Guez, lui, confie, non plus un livre, mais un article numéroté de l'encyclopédie en ligne à un Humanpédien chargé d'en assurer la permanence dans le temps. Pour constituer une grande chaîne de sauvegarde, chaque Humanpédien doit donner, lors de son inscription les mails de trois amis qui seront à leur tour sollicités pour assurer la conservation des trois articles suivants. Et ainsi de suite...  En cas de disparition de la version numérique, il suffira alors de tracer géographiquement les Humanpédiens et leurs amis pour pouvoir très rapidement  reconstruire Wikipédia article par article, dans leur ordre d'apparition.

David Guez, conservateur de mémoire

Pour cet artiste français, dont tout le travail artistique traduit une certaine obsession de la perte de mémoire, si nous en venions, suite à un orage magnétique de grande ampleur, à perdre nos mémoires informatiques, nous nous retrouverions, comme la cigale, fort dépourvus.

Erreur d'Impression présente le projet Humanpédia de David Guez, rendu publique et mis en ligne lors de la conférence du 9 avril 2013 au Musée du Jeu de Paume. Comme l’explique Alessandro Ludovico :

Le travail de David Guez peut être défini, d’une manière singulière, comme du “time-based art”. Ce qu’il modélise généralement est un espace construit (souvent virtuel) où le temps, étiré vers un avenir différent ou des orientations possibles, génère des perceptions incertaines.

Humanpédia pose une question essentielle : celle de la fiabilité et de la longévité des mémoires informatiques auxquelles nous déléguons aveuglément la nôtre. Les systèmes électroniques étant par nature faillibles et sujets à dysfonctionnements, est-il cohérent d'en faire les gardiens de nos connaissances ? Devons-nous préférer la technologie – sans cesse en mutation – à nos cerveaux «organiques» destinées par nature à traiter les informations et à s'en souvenir ? Pour David Guez, la réponse est de toute évidence négative, et sa proposition de machine de mémoire humaine, aussi surréaliste soit-elle, a le mérite de nous faire réfléchir aux conséquences d'une possible et subite amnésie généralisée.

Et pour aller plus loin

Commentaires