Habitat et habitacles sensibles

Trois artistes distillent intelligence et émotions dans nos intérieurs

4 – Once upon a dream – Mathieu Lehanneur 2010

Le fonctionnement de cette installation en forme de lit clos est à la fois simple et sophistiqué : des rideaux ferment le lit, la température est abaissée pour atteindre 19 degrés. Une plante suspendue sert d’interface pour, d’un simple effleurement, éteindre progressivement la lumière en 15 minutes. Durant ce laps de temps, le dormeur entend un bruit blanc – un ronronnement créé à partir de la somme de toutes les fréquences audibles utilisé pour plonger certains patients dans un État Non Ordinaire de Conscience (ENOC) – qui l’isole des sons extérieurs. Le sommeil et les rêves réparateurs peuvent commencer. Au matin, la température remonte et la lumiére repasse de 0 a 1000 lux, c’est l’heure du réveil pour le dormeur réparé et resynchronisé.

Conçue pour l’Hôtel de Marc, qui accueille à Reims les invités de Veuve Cliquot, «Once Upon a dream» est une «chambre idéale» destinée à la récupération-resynchronisation des hôtes du fabricant de champagne, souvent épuisés par le décalage horaire. En s’inspirant des études physiologiques réalisées par les services de malades du sommeil pour guérir les insomnies chroniques, Mathieu Lehanneur a créé une sorte de lit de la Belle au bois dormant, ou l’on s’endort paisiblement. «Un clin d’oeil à l’histoire, explique-t-il, puisque la veuve Cliquot était elle-même une insomniaque notoire».

Commentaires