Micro Macro : plus ou moins l’infini

Des installations audiovisuelles en forme de saisissants jeux d’optique et d’échelle.

Delay Room et Flock par Bernd Oppl

Dans ses installations vidéo, Bernd Oppl conçoit des maquettes architecturales (ici plus particulièrement des modélisations de chambres) animées par un système mécanique, filmées en direct par une caméra vidéo. Les rotations de l’objet, filmé en direct, éclairé à la manière d’une scène de cinéma en noir et blanc, composent pour le regard du spectateur une forme de cinématographie énigmatique, dénué de formes humaines, mais qui possède toutefois une base potentielle de narration, aux effets volontiers hypnotiques.

Delay Room de Bernd Oppl.

À l’image de Micro Events de Tom Kok et Britt Hatzius et de quelques autres pièces présentées au sein de l’exposition (notamment Candas Sisman ou Carsten Nicolaï), les œuvres de l’Autrichien Bernd Oppl tentent de réinventer les figures de l’écran et de la projection, d’imaginer en quelque sorte un nouveau spectacle cinématographique à l’aide de procédés low tech, loin de la débauche de technologies numériques auquel le septième art fait désormais appel, tant au moment du tournage, que de la projection en salle.

<<< Vers la page principale de l’article

Commentaires