La réalité altérée par ses artistes même !

Quand les artistes s’emparent de la réalité augmentée

La sculpture mondiale de Sander Veenhof

Grâce à une application pour iPhone ou mobile Android, partout ou presque sur la planète, vous pouvez mettre en scène le lieu où vous êtes avec des cubes de couleur.

La vidéo de Biggâr, sculpture mondiale en RA de Sander Veenhof réalisée en 2010.

Biggâr, œuvre de RA à l’échelle du monde

Sur votre écran de smartphone, partout dans le ciel vous voyez des cubes dont vous pouvez vous-même changer la couleur. Que vous soyez à New Delhi ou à Sarajevo, dans un village du Ghana ou une grande mégalopole asiatique, ces formes géométriques qui semblent voguer au-dessus de votre tête transforment votre regard sur le monde. Car ce que vous voyez n’est qu’un fragment d’une oeuvre concue à l’échelle de la planète. 

Cette œuvre, nommée Biggâr, est signée du seul Européen à l’origine du manifeste de la réalité augmentée : Sander Veenhof. L’artiste a créé plus de sept millions de blocs de réalité augmentée, répartis dans le monde : depuis 2010, chacun, sur l’écran de son smartphone équipé de l’application Layar (la même que celle utilisée dans le MoMA), peut donc faire apparaître ces cubes étranges en surimpression de l’image du lieu où il se trouve. Et le plus étonnant, c’est que depuis bientôt deux ans, cette «plus grande sculpture interactive du monde» (selon son auteur) n’arrête pas de séduire de nouveaux adeptes.

 

Et pour aller plus loin

Commentaires