La réalité altérée par ses artistes même !

Quand les artistes s’emparent de la réalité augmentée

Le son altéré avec Akitsugu Maebayashi

Avec Sonic Interface de Akitsugu Maebayashi, le participant, équipé d’un ordinateur portable et d’un casque est lâché dans la nature. Quel que soit le lieu où il se promène, il est immergé dans une réalité sonore altérée.

Le psychédélisme low-tech de la réalité audio-augmentée

Pour Akitsugu Maebayashi, comme pour Adelin Schweitzer, la réalité augmentée est assez proche d’une expérience psychédélique. L’important réside dans le trouble de la révélation, qui passe par la mise en doute de la réalité de nos perceptions, et non dans la sophistication des outils et des interfaces, qu’ils choisissent souvent très «low-tech».

Là où Schweitzer utilise un casque de visualisation et un caméscope vidéo embarqué façon cybernaute, Akitsugu Maebayashi, spécialiste de l’audio-Art, a recours à un dispositif sonore pour perturber les perceptions. Avec Sonic Interface, il propose un dialogue entre le corps et l’environnement. La réalité sensorielle est perturbée par le feedback d’ambiances sonores, passées et présentes, incluant sa propre trace, spatialisées et remixées en temps réel. «Notre expérience de la réalité est fortement dépendante de la synchronicité de nos sens», explique l’artiste, qui précise :

Nous devons entendre ou toucher ce que nous voyons en même temps que nous le voyons. Le découplage dans le temps de la vision et du son crée une irritation perturbante qui affecte notre environnement immédiat.

 

Et pour aller plus loin

Commentaires