La réalité altérée par ses artistes même !

Quand les artistes s’emparent de la réalité augmentée

La ville psychédélique avec Adelin Schweitzer

Lui aussi acteur de ce nouvel art de la réalité augmentée, Adelin Schweitzer confie à chacun un casque et des écouteurs, pour vivre dans la ville une «réalité altérée». Son oeuvre, A-Reality, transforme le monde urbain en trip psychédélique.

Cette vidéo a été réalisée fin 2009, à l’occasion du « workshop » sur la mobilité organisé par Dédale à la Cité internationale universitaire de Paris, dans le cadre du projet SmartCity. © «Augmented Reality» est une coproduction Zinc / Seconde Nature.

L’autre réalité du docteur Schweitzer

L’humain peut-il percevoir le monde au-delà de la représentation qu’il s’en fait ? «Essayer» l’œuvre d’Adelin Schweitzer, baptisée A-Reality (pour «Augmented Reality»), c’est littéralement vivre cette réflexion. Une fois l’appareillage endossé, avec le casque sur les yeux et les écouteurs aux oreilles, les sens sont en effet trompés, détournés...

Vous plongez dans une réalité à la fois augmentée et altérée. Le matériel harnaché sur le dos, vous «subissez» lors de votre déambulation des effets sensibles «augmentés», déclenchés à l’aide d’une manette de jeu vidéo : dédoublement de la vision, changement des couleurs, perturbation des distances et insertion d’objets flottants. Et si vous connaissez le parcours par cœur, l’expérience vous le révèle sous un autre angle.


Pour vivre l’œuvre A-Reality d’Adelin Schweitzer, il faut être sérieusement équipé, du moins pour l’instant…

Adelin Schweitzer, artiste chercheur issu de l’École des Beaux-Arts d’Aix-en-Provence, interroge la perception sensorielle de la «réalité augmentée». Son dispositif immersif déstabilise dans un premier temps l’utilisateur puis l’oblige à se réapproprier son environnement quotidien. C’est en manipulant la perception même de la réalité qu’A-Reality définit l’enjeu «alternatif» d’une telle technologie…

 

Commentaires