Samuel Bianchini, l’interactivité en questions

De troublantes œuvres d’art interrogent nos comportements face à la technologie

En réalités - I Am a Bugged Program (2009) Samuel Bianchini et Sylvie Tissot

En Réalités - I am a bugged program est une installation qui met en œuvre un ordinateur ayant pour tâche d’exécuter un programme bogué. Sous les yeux du public, le programme tente à maintes reprises d’écrire ce qu’il est : “I’m a bugged program”. À la manière du paradoxe du menteur, chaque échec valide en partie et de façon paradoxale ce qu’il cherche à énoncer. Ce dysfonctionnement de la machine est représentée ici par quatre affichages simultanés de ce programme, dont la synchronisation rend perceptible leur source commune. Ainsi, sont donnés à voir, en train de s’écrire : le texte en langage naturel, le script (le langage de l’informaticien) du programme ou encore son code binaire (le “langage machine”).

Adopter le point de vue de la machine et des objets

Au-delà de la question de l’interactivité, Samuel Bianchini explore dans certaines de ses œuvres comme En réalités (2009), Qui-vive (2012) ou Enseigne (2012), une certaine forme d’humanisation de la machine.

Il tente de lui conférer une dose d’incertitude typiquement humaine : «il s’agit en effet d’essayer de travailler avec les machines pour les rendre en quelque sorte davantage célibataires. Cela donne lieu en ce moment à un certain nombre de travaux de recherche. J’essaye par exemple de créer un ballon de foot qui parvienne à jouer contre les joueurs, qui dispose de ses propres capacités de mouvement. Les joueurs n’ont pas le droit d’y toucher. C’est le ballon lui-même qui va chercher à défier les joueurs. Il s’agit donc d’inverser les règles du jeu.

«De la même façon, début 2012, à la galerie Art & Essai de l’Université de Rennes, avec Qui-vive, une installation composée d’un amoncellement de tables et de chaises contrôlées de façon mécanique, j’ai essayé d’adopter le point de vue des objets. Il s’agissait de voir comment on pouvait les mettre en œuvre, leur conférer un comportement, un peu comme un animal la fois craintif et potentiellement dangereux».


Une image de l’installation «Qui-vive».

<<< Vers la page principale de l’article

Et pour aller plus loin

Un document vidéo sur l’œuvre Qui-vive, créée par Samuel Bianchini à la galerie Art et Essai de l’Université de Rennes.

Commentaires