Scenocosme, le numérique distille du rêve

Les installations sensibles et interactives d’un étonnant duo d’artistes

SphèrAléas (2004-2012) : installation tridimensionnelle visuelle / sonore / interactive

SphèrAléas est une installation numérique interactive, immersive et évolutive, qui s’expérimente dans la durée et à plusieurs. Le public est invité à entrer dans une demi-sphère interactive. Installées autour d’un foyer matérialisé par un miroir hémisphérique, une dizaine de personnes utilisent des outils numériques pour construire des partitions visuelles et sonores. Au cœur de ce cocon qui amplifie les perceptions sensitives, ils expérimentent la création en commun de petits mondes oniriques, hypnotiques, sensibles, poétiques…

Le premier micro-univers scénarisé de Scenocosme

SphèrAléas tient une place particulière dans le travail des artistes de Scenocosme : c’est leur première grande création. Elle a vu le jour en 2004, à l’occasion de la Fête des lumières à Lyon, grâce à une bourse obtenue par Gregory Lasserre dans le cadre d’un Défi jeune. Pour cette œuvre, Anaïs met den Ancxt et Grégory Lasserre ont mis au point un dispositif apte à favoriser la création et les interactions du public. Ce qui précise Anaïs met den Ancxt :

SphèrAléas crée un vrai dialogue entre les personnes présentes pour construire et faire évoluer un univers.

Le dôme de l’installation, une architecture membraneuse demi-sphérique de 5 mètres de diamètre, fait office non seulement d’espace de vidéoprojection à 180 degrés, mais aussi de matrice propice à l’immersion totale. L'effet d'immersion est accentué par une spatialisation du son, servie par une diffusion sonore multipoint. Des capteurs sensoriels permettent aux spectateurs-acteurs de manipuler des images en 3D et des sons, produits via le logiciel Aléas. Ils interviennent sur la structure globale de la création qu’ils mettent en œuvre en commun, en jouant notamment sur différentes variations telles que l’ordre, le rythme, les hauteurs harmoniques, etc.

Les micro-univers créés, composés de formes lumineuses audibles, instables et réactives, évoluent au gré des interactions des participants. Un «chef d’orchestre» les guide et coordonne l’agencement des objets visuels et sonores.

Avec SphèrAléas, Scenocosme a rapidement acquis une certaine notoriété. «C’était la belle époque des ECM (espaces culture multimédia) qui permettaient de facilement diffuser des œuvres interactives. On pouvait aller pour de courtes durées en résidence dans certains lieux pour proposer des ateliers, faire participer des gens ou des habitués des lieux… », rappelle Grégory Lasserre.

L’œuvre s’est nourrie de toutes ces rencontres. Elle a été expérimentée dans de nombreux lieux, de l’ECM des Carrés à Annecy et au Centre culturel de Saint-Médard-en-Jalles en 2005 au Olala festival à Lienz en Autriche, en 2011... Et elle continue d’être présentée après bientôt dix ans d’existence. Avec à chaque fois de nouvelles découverte pour le duo, car une telle œuvre ne fonctionne justement qu’à partir du moment où elle laisse un espace de liberté au spectateur

Commentaires