Femmes de la scène électro

Impossible de dresser en quelques lignes la biographie des femmes qui, depuis dix ans, animent la scène musicale électronique actuelle.

Parmi les plus présentes dans l’article, citons la compositrice AGF (Antye Greie-Ripatti), orfèvre au style très poétique des sons et des mots, née en 1969 en Allemagne de l’Est, qui est notamment à l’origine du blog Visibility, qui valorise les femmes dans l’histoire et le présent de la scène électronique.

Citons également, entre autres artistes d’actualité, quelques artistes majeures d’aujourd’hui : la Californienne Holly Herndon, déjà auteur de deux albums dont le très remarqué « Platform » à l’été 2015 ; la musicienne et productrice britannique Jam Rostron (anciennement Janine), alias Planningtorock ; la compositrice américaine Laurel Halo ; La DJ et musicienne Dasha Rush, artiste russe habitant à Berlin, marquée elle aussi par des atmosphères électro ambient ; l’Allemande Cio D’Or, aux ambiances ambient et cinématographiques ; ou encore la compositrice de San Francisco Kaitlyn Aurelia Smith, qui crée une sorte de musique répétitive très actuelle avec son synthétiseur modulaire Buchla.

Au-delà de ces artistes remarquables, apparaissent au fil des pages les noms de jeunes DJ comme Nina Kraviz, tINI, Maya Janes Coles ou Magda, de compositrices et de musiciennes inspirées comme M.I.A., Helena Hauff, Steffi, Paula Temple, Mica Levi, C.A.R., Bérengère Maximin, Julie Rousse, Helena Gough, Méryll Ampe, Valérie Vivancos, Gaël Segalen, Christine Webster, Dinah Bird et Amandine Casadamont ; ou d’artistes confirmées comme Miss Kittin, Chloé, Jennifer Cardini, Ellen Allien, Gayle San, Electric Indigo ou Cassy (pour la house et la techno), Leïla, Kevin Blechdom, Laetitia Sonami, Kaffe Matthews ou Ikue Mori (côté avant-garde). Sans oublier des figures historiques des années 1960 à 1980, qu’elles soient disparues (Delia Derbyshire, Daphne Oram) ou toujours en activité (Laurie Anderson, Cosey Fanni Tutti, Gudrun Gut, Eliane Radigue, Suzanne Ciani, Maggy Payne, Laurie Spiegel, Pauline Oliveros, Beatriz Ferreyra, Christine Groult). Et puis bien sûr des monuments comme Björk et bien d’autres ici oubliées.