Les nouveaux territoires du Louvre

Présentation et entretien avec Agnès Alfandari, directrice du Service Multimédia du Musée du Louvre

La question de la mobilité

Aujourd’hui le Louvre sur console Nintendo

Depuis le 11 avril 2012, la grande nouveauté, pour le Louvre, c’est la possibilité offerte à chacun d’utiliser au sein du musée une console de jeu vidéo portable Nintendo 3DS, en lieu et place des bons vieux audioguides d’hier…

Bénéficiant de l’expertise de Shigeru Miyamoto, responsable des équipes de développement et de production au sein de Nintendo, créateur des personnages Donkey Kong, Mario Bros ou encore Zelda, la console 3DS intègre en effet des nouvelles fonctionnalités et des animations interactives. Elle utilise une technologie innovante et exclusive de 3D sans lunettes et permet surtout aux visiteurs de s'orienter facilement dans le palais grâce à une fonction de géolocalisation totalement inédite des œuvres. Ainsi portent-ils « un regard éclairé » sur les collections et sur l'histoire du Louvre…

Comme l’explique un article des Inrocks, cette 3DS revue et corrigée est un outil idéal pour le jeune public avec «ses deux écrans permettant, par exemple, d’afficher simultanément un tableau et le plan du musée, avec son interface tactile, ses commentaires audio que l’on lance, suspend et reprend à volonté…» Ou mieux encore :

Ses vues 3D qui invitent à tourner autour de la Vénus de Milo ou de la Victoire de Samothrace.

Une présentation vidéo très bien faite de la console 3DS portable comme nouvel audioguide… qui ajoute l’image et les analyses 3D au son. 

Aujourd’hui le Louvre sur smartphone et iPad

Lancée en 2009, la première application iPhone/iPod du Louvre a quant à elle déjà été téléchargée à plus de 3 millions d’exemplaires. En 2011, le développement d'une nouvelle version enrichie en contenus renforce la présence du Louvre sur les nouveaux supports mobiles. Toujours gratuite, et désormais également disponible sur Android, l'application s'enrichit désormais de nouvelles œuvres (100 aujourd'hui contre 80 auparavant) et de nouvelles fonctionnalités de partage et d'information. L'application est disponible en français, en anglais, et en japonais.

Dans la foulée, fin 2011, le Musée du Louvre a lancé sa première application spécialement conçue pour l’iPad et les tablettes tactiles. Elle permet de découvrir le musée du Louvre et ses plus belles œuvres en très haute définition (pour 2,99 €). L’application propose 150 œuvres commentées par les spécialistes du musée, les plus belles salles du palais en images, des photographies en haute définition, des détails à zoomer. L’application offre également des fonctionnalités et services : un fil d’actualité pour se tenir informé de l’offre du musée (expositions, publications, etc.) ; des centaines de visuels à mettre en fond d’écran ou à assigner à des contacts ; la possibilité de sélectionner ses œuvres favorites et de partager ses coups de cœur par mail ou sur Facebook ; ou encore la possibilité de transformer la tablette en cadre numérique pour faire défiler les plus belles images de l’application.

La présentation vidéo sur YouTube des nouvelles applications officielles Musée du Louvre pour iPhone / iPod touch et iPad.

Mentionnons, pour finir ce tour d’horizon des nouvelles propositions du Louvre en mobilité, l’application de visite personnalisée Musetrek. Sa première version était déjà citée par la directrice du Service Multimédia du Louvre lors de notre interview. Sa version 2, lancée au printemps 2011 et que nous décrivons dans un autre article de ce dossier, est plus complète encore.

L’interview pour comprendre les enjeux de la mobilité

Aujourd'hui, au cœur de la médiation multimédia, il y a la question du mobile, de la mobilité au sens large...

C'est effectivement un nouvel axe de développement multimédia au Louvre. Il est particulièrement important pour une raison aussi simple que fondamentale : avec ces outils de mobilité, nous sortons des murs du palais, nous allons sur des objets de tous les jours, et nous entrons en quelque sorte dans le quotidien des gens.
Quasiment tout le monde, aujourd'hui, a un téléphone mobile. Beaucoup de jeunes ont une console de jeux portable, d'autres possèdent des smartphones, d'autres encore auront demain des «eBooks»... Ce sont des outils formidables pour cet enjeu de plus grande accessibilité, de démocratisation. Leur usage nous ouvre une porte pour toucher des gens qui, sans ces nouveaux objets, n'auraient pas forcément l'idée de venir nous voir « in situ ».

Y a-t-il d'ores et déjà quelque chose que vous avez pu tester au Louvre à Paris et qui correspond à ce désir d'utiliser des terminaux mobiles ?

Nous avons mené plusieurs expérimentations. Je pense notamment à l'expérience Musetrek au printemps dernier. De nombreux autres projets sont à l'étude. Notre réflexion se porte notamment sur des déclinaisons de notre site Web pour le iPhone et le iPod d'Apple. Mais nous nous intéressons aussi aux autres OS (Operating Systems), pour avoir la palette la plus large possible. Il y a par exemple des projets en cours sur les consoles de jeux. À chaque fois, ce qui nous passionne, c'est de voir quel est le bon outil pour les bonnes cibles : on ne s'adresse pas aux mêmes personnes avec un eBook et une Nintendo DS...

L'un des enjeux essentiels du Louvre pour les années qui viennent, et c'est pourquoi je parle des consoles de jeux, sera la question des jeunes générations... Les études montrent que l'écart entre le patrimoine classique et les jeunes générations se creuse de façon très significative. Aujourd'hui, le Louvre n'a pas de problèmes de fréquentation, c'est plutôt un problème de sur-fréquentation qui se pose, et cela va encore se vérifier pour les cinq à dix ans qui viennent. Mais, ensuite ?... Nous ressentons une nécessité impérative de réfléchir à de nouvelles approches de médiation pour séduire le jeune public. C'est en ce sens que les expérimentations en mobilité, y compris sur les consoles de jeux, sont de notre point de vue décisives.

Concrètement, dès ce mois de novembre sortira une première version gratuite d'une application pour iPhone et iPod Touch. L'idée, ce n'est pas d'en faire un guide multimédia pour le visiteur du musée, mais plutôt d'avoir «le Louvre dans sa poche, où que l'on soit»... Il nous a semblé plus intéressant, dans un premier temps, d'aller vers ce type d'application. L'idée n'est pas de fournir un outil supplémentaire à la visite mais d'aller parler à des gens qui ne sont jamais venus visiter le Louvre. L'application va d'abord mettre en avant les chefs d'œuvres du musée, donner des informations sur le palais, son histoire, etc. Et c'est une application qu'on a envie de faire évoluer très rapidement.

.../...

Écouter le troisième fragment de l’interview d’Agnès Alfandari

Agnès Alfandari, directrice du Service Multimédia du Louvre, autour des nouvelles applications pour supports mobiles que crée ou envisage le musée.

Durée : 6mn Télécharger

Et pour aller plus loin

Commentaires