Sampling visuel

La nouvelle culture du sampling visuel

L’image audiovisuelle détournée et réutilisée, des avant-gardes du XXe siècle à l’amateur d'aujourd’hui

Capter, via PC ou terminaux mobiles, des images de son environnement audiovisuel puis les couper, les monter et les mettre en scène pour ses propres créations, amateurs ou professionnelles ? Après s'être développé dans les musiques électro et hip hop, le «sampling» d'images devient une pratique commune de notre monde connecté.


«Walking In Your Mind», un «mash-up vidéo», ou clip de sampling visuel, réalisé par l’équipe d’Ithaca Audio.

Sur la page Vimeo des deux DJs de Radio Soulwax, les pochettes de disques virevoltent, comme si les stars du rock, du disco ou de l’électro s’étaient transformées en marionnettes. David et Stephan Dewaele, mieux connus sous le pseudonyme de 2 Many DJ’s, ont réalisé un vertigineux travail de collages visuels et de citations musicales, présenté sur scène lors de leurs performances, ainsi que sous la forme d’une application gratuite disponible pour iPhone et pour Androïd et d’une collection de vidéos disponibles sur le Net.


Le titre «Under The Covers» de 2 Many DJ’s, disponible parmi vingt-trois autres programmes sur le site de Radio Soulwax.

Depuis le début des années 2000, le duo belge connaît un immense succès international, notamment dans les clubs et les festivals, grâce à leur capacité à mélanger avec brio les succès du disco des années 1970, le rock des années 1980 et l’électro actuelle. Désormais, ils associent leurs prestations musicales à un ingénieux travail d’animation dans lequel ils jouent avec les formes, les mots, les corps et les visages qui, hier encore, ornaient les pochettes de nos bons vieux disques vinyles.

Soudain, dans un autre de leur mix vidéo tout récent, les «pin-ups» des disques de Roxy Music prennent vie, la silhouette de Jacques Dutronc s’anime, le logo du film «Fame» dessine des arabesques et l’arc-en-ciel du célèbre «Dark Side Of The Moon» de Pink Floyd traverse l’écran. Au-delà des mélodies séductrices et de rythmes tapageurs de leur mix de DJ, le duo crée, grâce à ces animations qui dure jusqu’à soixante minutes, un étonnant télescopage de citations historiques et de clins d’œil humoristiques, convoquant chez le spectateur une foule de souvenirs émus ou amusés.

Quelques années plus tôt, en 2008, c’est un jeune musicien israëlien qui avait réussi un tour de force comparable, renouvelant avec adresse le concept du sampling, adapté à l'ère des réseaux sociaux. Avec  la vidéo, «The Mother Of All Funk Chords», Kutiman avait signé une série de compositions inspirées, tout aussi vertigineuses que les collages de Radio Soulwax, entièrement réalisées à partir de vidéos amateurs puisées sur Youtube. Ici un joueur d'harmonica, là un vieux batteur de jazz, un bassiste anonyme, un apprenti pianiste ou encore quelques mesures jouées par un professeur de guitare, composaient un orchestre virtuel, interprète d'un morceau bien réel. Et aujourd’hui, il crée d’autres films sur le même tempo…


«The Mother Of All Funk Chords» de Kutiman : un alliage inédit de funk et de blues, entièrement réalisé à partir de fragments de sons et d’images prélevés sur YouTube.

Le succès et la réussite esthétique du projet de 2 Many DJ‘s comme celui de Kutiman symbolisent l'émergence d'un nouveau dynamisme artistique, d'une culture de l'emprunt et de la citation audiovisuelle qui rassemble désormais l'internaute lambda comme les professionnels de l'image.

Les 3 chapitres de notre article :

Et pour aller plus loin

 

0 Commentaires