Ubiquité

L’histoire des télécoms, #3 : l’ubiquité

Une interview de Patrice Carré sur la notion d’ubiquité, au cœur de l’histoire des nouvelles technologies.

Le troisième article de notre grande histoire des télécommunications traite d’une notion qui lui est transversale: l’ubiquité, soit l’idée d’être là sans y être, via la voix du téléphone, l’image du visiophone ou même notre avatar virtuel, double de nous-même sur le réseau dont nous reparlerons.

Dans l'entretien qui suit Patrice Carré nous parle de la façon dont nos rêves d'ubiquité ont accompagné la naissance non seulement du téléphone mais de cet âge de l'électricité marqué par bien des utopies. Puis il interroge l'histoire de la retransmission à distance non seulement de notre voix mais de notre image, et ce qu'elle concrétise ou non de nos fantasmes de «téléprésence».

Être là et ailleurs en même temps

Comment peut-on définir l'ubiquité ? Dans l'histoire des télécoms, quelle est son incidence et comment se traduit-elle ?

La définition n'est pas si simple. C'est un sujet d'une très grande complexité ! Entre l'extrême fin des années 1980 et le début 1990, France Télécom avait lancé une belle campagne de communication où la notion d'ubiquité jouait un rôle essentiel. Elle était très belle et réussie mais avait posé un certain nombre de questions au grand public... Qu'est-ce que l'ubiquité ? Puis-je être là et ailleurs en même temps ?... Les télécommunications, par définition, proposent pourtant un chemin, une voie vers l'ubiquité. Il suffit de songer au téléphone. Je parle d'un endroit et ma voix se transporte simultanément dans un autre endroit. Il se passe donc une chose assez extraordinaire : le transport technicisé de mon être dans un autre espace.
N'oublions pas que le téléphone a souvent été, dans les années 1870 et 1880, perçu comme un instrument magique ! Revenons à notre genèse des télécommunications. Avec le télégraphe, on sait transporter de l'information vite et loin - la première transmission télégraphique entre l'Europe et les États-Unis date de 1866 -, mais pour la première fois, autour des années 1880, on a, avec le transport de la voix mais aussi avec l'enregistrement sonore dont le rôle dans notre modernité est fondamental, quelque chose qui touche au transport virtuel du corps. La technique permet le transport géographique, et néanmoins virtuel, d'une partie de mon corps, à savoir la voix. C'est métonymique, la partie c'est le tout ! La voix, c'est moi, c'est une partie de mon corps, c'est mon identité. Et ça, je crois que c'est quelque chose de tout à fait essentiel ! Mais je pense qu'au-delà même du téléphone, l'ubiquité se concrétise dans ces années 1880 avec la révolution électrique dans son ensemble, donc avec l'énergie nouvelle.


Le téléphone, illustration d'Adolphe Bitard - 1880.


Séance d'enregistrement à l'Académie des Beaux-arts, 1889.

Écouter l'interview de Patrice Carré

Patrice Carré, historien, nous parle de la notion d'ubiquité.

Durée : 45mn Télécharger

Et pour aller plus loin

 

Commentaires