Le monde est un village

Le monde est un village

L’univers télécoms des étrangers en France au travers de 7 portraits

Ils sont venus du monde entier : de l’Asie, de l’Amérique latine, de l’Afrique ou de l’Europe de l’Est. Ils vivent en France, pour un court moment ou depuis longtemps. Tous, afin de garder le contact avec leur lieu de naissance tout comme avec leurs proches, ils communiquent au quotidien, utilisant Internet bien sûr, mais aussi le téléphone, fixe ou mobile...

Cet article présente sept portraits d’étrangers ou Français issus de l’étranger, vivant dans la région parisienne, sous le prisme de leurs usages «télécoms». Certains ont accepté d’être photographiés, d’autres non. Ils ont choisi des images illustrant leur univers, réel ou mental, en relation avec leur pays d’origine et leur propre histoire, toujours singulière. Tous, ils se présentent d’abord en quelques mots dans leur langue native, natale, maternelle, qui est leur lien le plus intime avec le monde. Puis ils se racontent en français.


Il y a Vasudevan, né à Jaffna, tout au nord du Sri Lanka. Traducteur, interprète et poète Tamoul à Paris, il est en connexion permanente avec ses amis exilés dans le monde entier.


Natalia, elle, pratique chaque soir comme un rituel ses conversations téléphoniques avec la Biélorussie, dont elle est originaire. Mais elle est aussi une adepte de Odnoklassniki, réseau social numéro 1 en Russie et en Biélorussie.


Marocain de Tétouan, Naoufel utilise Facebook pour communiquer avec ses amis du Maroc, mais, paradoxalement, il s’est remis à des lettres manuscrites…


Li et Bing forment un couple d’architectes chinois qui utilisent le téléphone et l’Internet pour échanger avec leurs proches du Liaoning, au nord-est de la Chine.


La source première d’information de Joji-Philip, doctorant Malayali à Paris et prêtre catholique issu du Kerala en Inde, ce sont les journaux qu’il lit chaque jour sur la Toile.


Kellen, de son côté, vient de Santiago, dans le sud du Brésil. Elle utilise les réseaux sociaux, dont notamment celui de Google qui marche très bien là-bas, QQ, pour rester en contact avec ses proches. Mais elle fait en sorte de toujours préserver son intimité.


Enfin Mamadou Ly, journaliste sénégalais en France, issu du village de Mboyo près de la frontière avec la Mauritanie, nous parle des merveilles mais aussi des mirages de notre nouveau monde numérique…

Commentaires