La mythologie des «i» d’Apple

De l’iMac à l’iPhone, et de l’iPod à l’iPad, l’imaginaire de la marque à la pomme

L’iPod ou la mise en scène de soi

L’iMac en 1998, l’iPod en 2001…

En 1998, l’apparition et le succès de l’iMac, cet ordinateur personnel doté d’une coque en plexiglas coloré, si différent de la grisaille de l’équipement informatique, signe le retour en grâce d’Apple.

Trois ans plus tard, l’iPod, un baladeur musical couplé au site de vente en ligne iTunes Music Store, connaît un succès plus considérable encore. En moins de dix ans, 250 millions d’iPod sont vendus dans le monde pour 8,5 milliards de chansons téléchargées.

« i » comme « moi »…

Ces deux objets, l’iMac puis l’iPad, incarnent à merveille la stratégie mise en place par Apple depuis le lancement de l’ordinateur MacIntosh en 1984 : celle d’une marque prônant la liberté, le fun et l’esthétique avec de jolis objets, face à la « triste » hégémonie d’IBM.

En 2001, Steve Jobs présente, pour la première fois au monde, la nouvelle invention d’Apple : l’iPod.

Rapidement, l’iPod et ses multiples déclinaisons (classic, schuffle, touch…) conquièrent un large public et deviennent, selon Rouzé, « l’indice d’une appartenance symbolique à une communauté », rassemblée autour de « signes extérieurs largement repérables », que l’on pense à ses écouteurs d’un blanc immaculé ou aux modèles « nano » arborés au revers d’un veston…

Un effet walkman, qui participe de la mise en scène de soi en public et de notre jeu d’acteur quotidien.

Le nom même de l’objet semble faire référence à cette volonté de personnification et d’identification. Le « i » désigne bien sûr en langue anglaise, la première personne du singulier, le terme « pod » se référant à l’idée de cosse ou de gousse. 

Et le design tout doux et naturel…

Quant au design de l’objet, il participe d’une même dynamique. Le designer Jonathan Ive, concepteur de l’iMac, met en forme les désirs de Steve Jobs de tenir en main « un objet si simple, si lumineux que l’on n’imagine même pas qu’il puisse avoir été fabriqué »*. Il conçoit un boîtier blanc immaculé, équipé d’une molette que l’on caresse plus que l’on manipule. De la sorte, l’iPod semble plus tenir du doudou que du gadget technologique. 


Les grandes marques de luxe comme Chanel, Lagerfeld ou Vuitton ont chacune conçu des accessoires pour l’iPod.

* Cité dans « Steve Jobs, le créateur qui a changé nos vies », de Daniel Ichbiah (52mn Editions).

Commentaires