Les mobiles NFC
Le NFC (Near Field Communication), une technologie embarquée dans les mobiles qui va apporter de nouveaux services au quotidien.

Les mobiles NFC

Des téléphones à tout faire

Le NFC ou Near Field Communication, technologie permettant des échanges d’informations sans fil et sans contact et à courte distance s’installe dans nos smartphones. Grâce à lui nous pourrons de plus en plus régler nos achats ou nos places de parking, acheter des titres de transport ou encore des billets de concert, tout cela d’un simple geste. Le point sur les derniers développements avec François-Xavier Godron, directeur du programme sans contact chez Orange France.

CM : On connait les cartes NFC, mais on parle aujourd’hui de mobile NFC. Techniquement comment cela fonctionne-t-il ? Y a-t-il des pays où cette technologie est déjà déployée ?

François Xavier Godron : Nous utilisons en effet des cartes NFC dans notre vie quotidienne. Pour les habitués du transport francilien, le Pass Navigo en est un exemple. Les nouvelles générations de cartes bancaires qui affichent un logo à quatre ondes intègrent également cette technologie. Le NFC arrive maintenant dans nos téléphones. Pas moins de 38 modèles de smartphones du marché sont équipés et plus de 4 millions de terminaux de ce type ont déjà été vendus en France.

Cette technologie commune aux cartes et aux téléphones permet de réaliser des échanges électromagnétiques de très faible distance (quelques centimètres) entre la carte ou le téléphone et une borne de lecture pour effectuer un paiement, valider un passage, contrôler des droits, etc.

Elle commence à être déployée dans de très nombreux pays. La Corée du Sud et le Japon en sont les pionniers. Orange la déploie en France, au Royaume-Uni, en Espagne et en Pologne. Il faut noter que le NFC est une filière d’excellence française. Ses spécifications ont été en grande partie définies dans les Orange Labs de Caen. Les fabricants de cartes à puce sont pour la plupart d’origine française tout comme les producteurs de «valideurs» et de plates-formes.

CM : La première application à laquelle on pense c’est le paiement sans contact. Que peut-on imaginer acheter et payer directement avec son mobile ?

F-X G : Le service qui sera proposé revient à dématérialiser une carte bancaire plastique dans le téléphone. Ce moyen de paiement permet de régler en une seule interaction – ce qu’on appelle en anglais un «tap» - de  petits montants inférieurs à 20 euros. Pour les plus gros montants, il restera nécessaire de saisir un code.

On pourra acheter en magasin avec son mobile de la même façon qu’avec une carte bancaire classique. Néanmoins, le mobile sera probablement davantage utilisé pour les petites transactions. On pourra également régler des achats sur un site accessible depuis ce mobile.

Les premières offres vont être proposées aux clients Orange dès cette fin d’année 2013.

Bientôt, les tickets de métro seront... dans votre mobile ! © Nokia
Bientôt, les tickets de métro seront... dans votre mobile ! © Nokia

CM : Le second grand secteur d’utilisation c’est le transport. Y a-t-il des projets de billettique dématérialisée en développement chez Orange ?

F-X G : Oui, de tels services existent et ont été déployés dans quatre villes : Nice, Strasbourg, Caen et Argenteuil. Les clients Orange ont la possibilité d’utiliser directement leur smartphone pour acheter leurs titres de transport, pour les valider en montant dans le tramway ou le bus… et le contrôle se fait également par l’intermédiaire du mobile. Pour un plus grand confort d’utilisation et pour éviter la fraude, la validation et le contrôle peuvent se faire si le mobile est éteint ou si la batterie est déchargée. L’application utilisée pour acquérir les titres de transport inclut d’autres services comme des plans et les horaires en temps réel.

Nous pensons que ce mode de fonctionnement va progressivement s’étendre, non seulement pour le transport urbain, mais aussi pour le transport national (billets de train, tickets d’embarquement dans les avions). Au-delà de ces tronçons d’un voyage, le mobile NFC va devenir l’outil pour gérer ses déplacements «de porte à porte». Exemple : je sors de chez moi, je prends un vélo en libre-service, puis le métro, le train et à l’arrivée un taxi. Tout au long de ce déplacement multimodal, le mobile me guidera et la carte SIM  stockera de manière sécurisée mes différents  titres de transport.

CM : Des applications en vue dans le domaine de la grande distribution ?

F-X G : Imaginons qu’un magasin se dote d’étiquettes NFC pour chaque produit proposé. En passant leur mobile devant, les clients pourront obtenir des informations sur le produit. Ils seront par exemple informés que tel paquet de gâteau contient une substance à laquelle ils sont allergiques. Ils pourront aussi stocker au fur et à mesure dans leur smartphone les produits qu’ils achètent afin de faciliter leur passage en caisse.

De la même façon, ils pourront recevoir et conserver leurs coupons ou leurs points de fidélité. Le passage en caisse devient simplissime : d’un geste, le lecteur NFC récupèrera toutes ces informations et sortira le ticket correspondant au contenu de leur caddie, déduction faite de leurs bons de garantie, coupons et points de fidélité.

Une vidéo sur deux usages quotidiens du NFC.

 

CM : Un mobile NFC pourrait-il remplacer nos cartes d’abonnement aux services de la ville par exemple ? Ou gérer d’autres modes de paiement comme les chèques déjeuner ?

F-X G : Oui bien sûr, je pourrai dématérialiser dans mon mobile mes droits d’accès aux services de la ville : piscine, patinoire, bibliothèque, ou encore pour entrer dans l’entreprise dans laquelle je travaille. Le mobile devient alors une sorte de clé d’accès, de sésame.

La dématérialisation de ces clés peut rendre des services appréciables. Prenons le cas de l’accès à une voiture louée. Je peux arriver à une heure tardive dans une gare ou un aéroport. En ayant réservé et téléchargé les droits au préalable dans mon mobile, j’aurai la possibilité d’ouvrir la voiture et d’y récupérer la clé de contact, même si le bureau de location est fermé.

Le mobile peut également stocker toutes sortes de tickets : cinéma, spectacles ou encore des chèques repas, vacances ou de service. La dématérialisation de ces titres simplifiera grandement leur distribution.

Une image transmise grâce à la technologie NFC par un visiteur de l’exposition Dynamo
Une image transmise grâce à la technologie NFC par un visiteur de l’exposition Dynamo, qui s’est déroulée du 10 avril au 23 juillet 2013 au Grand Palais à Paris.

CM : Orange a également des projets dans le secteur culturel et touristique. Pouvez vous nous en parler ?

F-X G : Je prendrai l’exemple de Dynamo, une exposition récente d’art moderne qui a eu lieu au Grand Palais. Elle présentait des œuvres dites cinétiques - qui contiennent des parties en mouvement. L’œuvre n’est donc pas la même suivant le moment où on la regarde, elle varie selon l’angle ou la lumière.

Dans le cadre d’un partenariat entre la RMN (Réunion des Musées nationaux) et Orange, nous avions placé des tags NFC près de 35 de ces œuvres. Munis de leur smartphone et de l’application Dynamo, les visiteurs pouvaient ainsi accéder à des informations complémentaires sur ces œuvres. Ils pouvaient également les photographier et conserver une mémoire de leur visite. Leurs images étaient également transmises à un serveur et intégrées à un grand mur d’images installé au rez-de-chaussée. Chacun pouvait de cette façon contribuer à ce bouquet final cinétique.

Commentaires