Mobile et santé : le point sur les études

Bilan, méthodes et conclusions des principales études sur les risques supposés du mobile sur la santé

Le bilan global du CIRC (2011)

Du 24 mai au 31 mai 2011, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), organisme rattaché à l’OMS, a fait évaluer par un groupe de travail pluridisciplinaire de 31 scientifiques de 14 pays l’ensemble des connaissances scientifiques disponibles à ce jour sur les ondes radio et le cancer.

Le groupe de travail a discuté de la possibilité que ces expositions puissent induire des effets à long terme sur la santé, et en particulier un risque accru de cancer. Trois grandes catégories d’exposition, impliquant toutes une exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences, ont été analysées :
- expositions professionnelles aux radars et aux micro-ondes ;
- expositions environnementales associées à la transmission des signaux de radio, de télévision et aux communications sans fil ;
- expositions individuelles associées à l’utilisation de téléphones sans fil.

La grande majorité des études qui ont contribué à cette évaluation sont des études sur le téléphone (domaine le plus étudié jusqu’à présent).

Conclusions générales

Le CIRC a jugé que le niveau de preuve était restreint («limited» en anglais) pour les utilisateurs de mobile concernant un cancer du cerveau (gliome) et une tumeur du nerf auditif (neurinome de l’acoustique) et insuffisant («inadéquate») pour tirer des conclusions concernant les autres types de cancer.

Le CIRC a également jugé insuffisant («inadéquate») le niveau de preuve concernant l’exposition ambiante ou environnementale aux ondes radio.

Cependant, le Docteur Jonathan Samet (Université de Californie du Sud, Etats-Unis), Président du groupe de travail, a indiqué que les données actuelles «sont suffisantes pour conclure à la classification en 2B» (troisième degré sur l’échelle de classification du CIRC).

Classification des risques carcinogènes par le CIRC :
- Groupe 1 : cancérogènes pour l’homme.
- Groupe 2A : probablement cancérogènes pour l’homme.
- Groupe 2B : peut-être cancérogènes pour l’homme.
- Groupe 3 : inclassable quant à leur cancérogénicité pour l’homme.
- Groupe 4 : probablement pas cancérogènes pour l’homme.

Continuer les recherches... et réduire l’exposition aux ondes...

«Etant donné les implications de cette classification et de ces résultats pour la santé publique, il est crucial que des recherches supplémentaires soient menées sur l’utilisation intensive à long terme des téléphones portables», a déclaré le Directeur du CIRC, Christopher Wild. «En attendant qu’une telle information soit disponible, il est important de prendre des mesures pratiques afin de réduire l’exposition, comme l’utilisation de kits mainslibres» ou de SMS (source : CIRC).

Et pour aller plus loin

Commentaires